28 novembre 2022

E comme Edimbourg

Il y a environ 2 ans, j’avais publié un article sur l’un de mes deux ancêtres écossais connus : Robert THOMSON. Aujourd’hui, je voudrais évoquer l’histoire du second écossais, Robert TARBY, un flibustier né vers 1677 à Edimbourg, fils de John Edward TARBY et de Tiennet OULIMSEN (à moins que ce ne soit tout simplement WILSON ?).

J’ignore tout de ses parents pour tout vous dire car je n’ai pas trouvé l’acte de naissance de Robert TARBY et, à ma connaissance, aucun généalogiste réunionnais n’a pu mettre encore la main dessus. La seule chose à peu près certaine, c’est qu’il est originaire d’Edimbourg, capitale de l’Écosse. C’est une ville médiévale bien connue où je rêve de me rendre pour visiter, entre autres choses, son imposant château achevé au XIIe siècle.

L’installation à Bourbon

Robert TARBY, mon Sosa 1592, débarque à l’île Bourbon (Réunion) le 9 avril 1704 d’un vaisseau nommé « Le défi » dirigé par le capitaine pirate John BOWEN, célèbre pirate ayant sévi dans les Caraïbes et dans l’Océan Indien. Douze hommes débarquent ce jour-là et parmi eux Robert TARBY mais aussi Georges NOËL, mon tout « nouvel » ancêtre évoqué récemment dans un thread sur Twitter.

Pour revenir à Robert TARBY, peut-être avait-il envie de raccrocher ? Quoiqu’il en soit, il s’installe à l’île Bourbon, bien décidé à marier. Mais pour cela, il va falloir qu’il fasse comme plusieurs autres dans son cas : abjurer la foi anglicane.

Ce sera chose faite le 28 février 1705, trois semaines avant son mariage avec Anne DUGAIN qui compte parmi les premiers enfants métissés de l’île. La future est en effet la fille de Gilles DUGAIN, un flibustier de Saint-Malo, et de Cécile MOUSSE (ou CAZE) dont les parents sont de Madagascar.
Nous voilà donc avec deux familles de pirates qui font alliance !

Le mariage de Robert et Anne est célébré le 19 mars 1705 à Sainte-Suzanne.

Acte de mariage de Robert TARBY et d’Anne DUGAIN. Source : ANOM

Ce qui n’est pas précisé dans cet acte de mariage, c’est qu’un contrat de mariage est dressé le 7 mars 1705. Il m’a été aimablement envoyé par un responsable de secteur du site d’indexation http://iledelareunion-archive.com/

Contrat mariage TARBY DUGAIN
Contrat de mariage de Robert TARBY et d’Anne DUGAIN. Source : AD Réunion, transmis par H. HOARAU

Les termes du contrat sont assez classiques. On découvre les apports des futurs époux : Robert TARBY apporte 900 écus tandis que les parents d’Anne DUGAIN donnent à leur fille pour son établissement : une pièce de terre à Sainte-Marie, six truies, un cochon, un bœuf. Aucune des parties ne sait signer.

Le recensement de 1708

Ce terrain à Sainte-Marie apparaît bien dans les recensements de 1708 dans les possessions de Robert. Une pièce de terre à la Rivière des pluies est également mentionnée.
Robert s’est ainsi reconverti dans l’élevage et la culture.

On peut noter que la famille TARBY a 5 esclaves dont en 3 bas âge. En réalité, seules Marie de Madagascar âgée 26 ans et Gracia des Indes, 14 ans, sont en âge de travailler.

Deux enfants du couple TARBY sont recensés cette année-là : Marie 4 ans et Louise 2 ans. Robert et Anne auront par la suite plusieurs autres enfants comme vous pouvez vous en apercevoir ci-dessous.

Famille TARBY. Source : Heredis

Notre écossais a donc fait souche et de nombreux réunionnais actuellement vivants sont ses descendants directs. Pour ma part, je descends de son fils Gilles TARBY qui épouse en 1728 Françoise ROBERT, la petite fille d’un soldat de la Compagnie des Indes originaire de Champdeniers dans les Deux-Sèvres (un autre chantier généalogique…).

Anne DUGAIN décèdera âgée de 29 ans en 1719, tandis que Robert mourra 2 ans plus tard, le 11 janvier 1721 à Saint-Denis, à un âge toujours incertain aujourd’hui.

Acte de décès de Robert TARBY. Source : ANOM

Ma prochaine mission, si je l’accepte, sera donc d’étudier plus en détail les 18 pages de la succession de Robert TARBY.

Extrait succession de Robert TARBY. Source : AD Réunion, cote Cote COL E 375BIS
Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

12 réflexions sur « E comme Edimbourg »

  1. Je suis époustouflée par ce challenge dans lequel tu t’es lancée à la toute dernière minute. Bravo 👏👏 il est passionnant et tellement riche d’informations.

    1. Merci Béatrice, disons que les recherches étaient faites en grande partie. Il restait quand même à assembler un peu les idées, les documents et rédiger. J’avoue que c’est un peu lent et je ne suis pas sûre de mener ce #challengeAZ à terme, du moins dans les temps. Mais ce n’est pas bien grave finalement 🙂

  2. Passionnant et romanesque !
    Dans un tout autre genre, j’ai dit à mon mari que je sabrerai le champagne si je lui trouvait un ancêtre qui ne soit pas natif de l’Aveyron 😂

  3. Toujours aussi épiques tes recherches, ce doit être à la fois grisant et épuisant de jongler avec les pays et leurs archives.

  4. Je pense que le nom de jeune fille de sa mère est plutôt WILLIAMSON (on trouve ce nom à Edinbourg à cette époque). Evidemment les curés de l’époque ont écrit ce qu’ils ont entendu. 🙂
    Triste quand même le sort de son épouse Anne Dugain, morte à 29 ans après avoir eu 9 enfants en 13 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :