28 novembre 2022

D comme Đồng Nai

Đồng Nai est une province située dans le sud-est du Vietnam qui tient son nom du fleuve de plus de 500 kms qui la traverse. Il s’agit une province très peuplée comptant actuellement plus de 2,7 millions d’habitants. Elle se divise en différents districts dont celui de Biên Hòa qui porte le même nom que sa capitale. Peut-être avez-vous d’ailleurs déjà entendu parler de cette ancienne colonie française.

Source : Wikipédia

Un petit retour en arrière avec cette carte de la Cochinchine de 1881 pour situer Biên Hòa.

Source : Gallica

Colonisée en 1862 en application du traité de Saïgon, la Cochinchine française a ensuite été intégrée à l’Indochine française créée en 1887. Celle-ci englobait différents territoires qui n’appartenaient pas forcément tous au Vietnam actuel : le Cochinchine, les protectorats de l’Annam, du Tonkin, du Laos, du Cambodge et une partie de la province chinoise du Guangdong.

C’est dans la ville de Biên Hòa située donc dans la province du Đồng Nai que je vais retrouver à partir de 1887 un réunionnais du nom d’Abel Pierre NATIVEL. Il s’agit en réalité d’un collatéral pas très proche de mes ascendants directs, mais j’ai eu plaisir à effectuer des recherches sur son parcours et ce ChallengeAZ 2022 est l’occasion de les partager. Nous sommes « tous cousins » à la Réunion, Abel et moi ne faisons pas exception à la règle. Nous qui descendons tous les deux de Pierre NATIVEL (1638-1701) mais aussi d’autres d’autres primo-arrivants de l’île de la Réunion, nous cousinons moult fois.

Des enfants naturels

Abel NATIVEL est né le 16 juillet 1862 à Saint-Denis de la Réunion, il est le fils naturel d’Octavie NATIVEL, elle-même fille naturelle de Marie-Louise « Lodoiska » NATIVEL qui à son tour est la fille naturelle d’Adeline NATIVEL ! Et je m’arrêterai là pour cette déjà longue lignée d’enfants naturels.

Acte naissance NATIVEL Abel
Acte de naissance de Pierre Abel NATIVEL le 16 juillet 1982 à Saint-Denis (Réunion). Source : ANOM

Première chose à noter, c’est que la jeune mère âgée dix-neuf ans, couturière de profession, signe l’acte. La seconde chose, c’est que les deux témoins ne me semblent pas liés à Octavie. L’information aurait été précisée je pense.

Une sœur prénommée Joséphine Marie naît en 1867 à Saint-Denis. Un détail un peu surprenant : il n’existe plus aucune trace d’elle dans l’état civil (réunionnais du moins). L’indexation réalisée par les bénévoles de http://iledelareunion-archive.com s’étend jusqu’aux années 1940, on pourrait penser retrouver au moins un acte la concernant.

Sur le site des AD Réunion, les recherches dans les tables alphabétiques des hypothèques de Saint-Denis (1830-1955) m’ont permis de mettre la main sur Abel mais pas sur Joséphine Marie. Celles que j’ai effectuées dans le fichier mobile de l’enregistrement (1867-1971) ont été fastidieuses et… vaines ! Parfois il faut mettre certaines recherches en pause pour mieux y revenir un jour.

Revenons donc à son frère Abel dont la mère Octavie NATIVEL décède assez jeune, à 28 ans, en 1871. Lui n’avait alors que 9 ans.

Acte de décès d’Octavie NATIVEL le 23 avril 1871 à Saint-Denis (Réunion). Source : ANOM

Destination l’Asie

Je retrouve Abel en 1887 comme résident au Chaudoc (ou Châu Đốc) en vietnamien dans l’annuaire de la Cochinchine française. Il exerce la profession de commis auxiliaire. Le Chaudoc est une petite ville située dans la région du delta du Mékong, toute proche de la frontière cambodgienne.

Source : carte Google
Chaudoc vers 1895. Source : manhhai

Le 14 novembre 1887, Abel est promu à l’emploi de commis de 3ème classe du commissariat de la marine (secrétariat des colonies).

En 1890, il est maintenant commis de comptabilité 2ème classe et à nouveau cité dans un annuaire, celui de l’Indochine française.

Il se marie le 26 juin 1891 à Biên Hòa, Indochine. C’est la première fois que je fais des recherches dans les archives du territoire vietnamien sur les ANOM et très rapidement, je tombe sur le mariage d’Abel qui est de toute façon le seul inscrit dans le registre de Biên Hòa de 1891 !

Son épouse Marie Louise NICOLAS est une jeune fille âgée de 20 ans, née à Biên Hòa et dont les parents sont des commerçants originaires de Chine.

Abel est donc domicilié à Biên Hòa en cette année 1891, mais la surprise vient surtout de la mention du père d’Abel dans l’acte de mariage. Il serait donc le fils d’un certain Joseph Louis NATIVEL, décédé. Et pourtant, je n’ai trouvé ni acte de reconnaissance d’Abel, ni mariage de sa mère Octavie avec un homme qui aurait pu légitimer la filiation. La mère est d’ailleurs toujours désignée « demoiselle Octavie Nativel » sur son acte de décès de 1871.

Au sujet du contrat de mariage passé chez Maître Paul VASSOU à Biên Hòa, j’ai formulé une demande de copie au fil d’Ariane avec les cotes retrouvées sur le site des ANOM. Celle-ci est en cours de traitement, mais si elle aboutit, je tiendrais ce document à disposition d’éventuels descendants 😉

En parlant de descendants justement, le couple a eu 6 enfants entre 1892 et 1901 dont les déclarations de naissance ont été faites pour 3 d’entre eux à Biên Hòa et pour les 3 autres à Saïgon (actuellement Hô Chi Minh-Ville).

Source : Heredis

Il semble bien que seuls deux enfants aient survécu puisqu’on les retrouve au débarquement du vapeur Diolibah à la Pointe des Galets (Réunion) en 1898.

Ce séjour à la Réunion de la famille NATIVEL est rendu possible par l’octroi d’un congé administratif de 6 mois à Abel NATIVEL le 27 avril 1898. Les deux enfants qui les accompagnent Abel et Louise sont très probablement Jeanne Eulalie née en 1895 et Esther Isabelle née en 1897.

À son retour de congés en novembre 1898, Abel NATIVEL est affecté au 2ème bureau du secrétariat du Gouvernement. Entre-temps, il est monté en grade, de commis de comptabilité 1ère classe en 1893, il est passé comptable en 1897.

Un décès et quelques énigmes

Abel NATIVEL décéde quelques années plus tard, en 1902, à l’âge de 39 ans. Le lieu du décès est de loin l’information la moins surprenante de son acte de décès. À la lecture de cet acte, on va effectivement de surprise en surprise et peut-être d’erreur en erreur ?

Abel, domicilié à Saïgon, est donc décédé le 3 juin 1902 à Saint-Mandrier devenue Saint-Mandrier-sur-Mer aujourd’hui, une commune située à proximité de Toulon. Il est dit fils d’Édouard (?) et d’Octavie NEGREL (??). Je n’ai pas la moindre idée de qui sont ces personnes…

Une transcription du décès est établie le 22 septembre 1902 à Saïgon sur la base de cet acte de décès de Saint-Mandrier. Une autre transcription est réalisée cette fois le 18 mars 1903 à Saint-Denis de la Réunion, reprenant les mêmes éléments que précédemment.

Dans un décret qui accorde une pension à sa veuve Marie Louise, Abel est déclaré mort de « maladie endémique ». Je ne saurais dire où il repose aujourd’hui, mais il est probable que ce soit à Saint-Mandrier-sur-Mer.

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

7 réflexions sur « D comme Đồng Nai »

  1. Encore un parcours extraordinaire ! Les gens ont pris bien des libertés pour nommer ses parents sur les différents actes d’état civil, c’est surprenant de vouloir à tout prix lui donner un père…

    1. Merci Christelle, je pense que ce qui est déclaré sur cet acte de décès, c’est un peu « n’importe quoi ».
      Sur l’acte de mariage par contre, je me demande finalement si ce n’est pas Abel lui-même qui a donné le nom de son père biologique. Mais je ne trouve pas dans les indexations de Joseph Louis NATIVEL qui pourrait coller… Un jour ça s’éclairera peut-être.
      Les prénoms des fils décédés d’Abel sont peut-être une piste : Edouard Louis, Léon Louis

  2. Voilà un article passionnant ! Vu la distance, les officiers de l’état civil n’ont pas vraiment pu vérifier les simples déclarations au moment du décès qui ont été effectivement édulcorées. Il peut y avoir un fond de vérité avec le prénom du père qui se serait transmis de manière non officielle ? Difficile d’y voir le vrai du faux.
    Bonne journée !

    1. Merci Sébastien, je me suis fait des nœuds au cerveau quand j’ai découvert ces actes.
      J’espère qu’un jour j’en saurai plus, peut-être avec la mise en ligne de nouvelles archives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :