28 novembre 2022

H comme Hô Chi Minh-Ville

Retour au Vietnam plus précisément à Hô Chi Minh-Ville, connue autrefois sous le nom de Saïgon. Pendant la colonisation française, elle était la capitale de la colonie de Cochinchine avant de devenir celle de l’Indochine française de 1887 à 1901.
Aujourd’hui, elle est la ville la plus peuplée du Vietnam avec plus de 13 millions d’habitants, loin devant la capitale Hanoï.

Eglise Saïgon
Église Notre-Dame. Source : Wikipedia
Hôtel de ville Saïgon
Hôtel de ville. Source : Wikipedia

Après la publication de l’article sur Abel Pierre NATIVEL (1862-1902), j’ai un peu poursuivi les recherches sur sa fille Jeanne Eulalie née le 13 août 1895 à Biên Hòa.

Acte de naissance NATIVEL Jeanne Eulalie
Acte de naissance NATIVEL Jeanne Eulalie
Acte de naissance de Jeanne Eulalie NATIVEL. Source : ANOM

Jeanne Eulalie a seulement 7 ans ans lorsque son père décède en 1902 et sa petite sœur Esther Isabelle, 5 ans. Ce sont elles qui ont accompagné leurs parents sur le bateau Diolibah en 1898 à destination de la Réunion.

Dans le bulletin administratif du Tonkin de 1919, on apprend qu’elle est devenue institutrice et exerce depuis 1915. Ce qui m’a aussi interpellée, c’est le parcours de l’homme qu’elle épouse en 1924 : Georges Etienne Marie COULET.

Né le 4 septembre 1888 à Bormes-les-Mimosas dans le Var, il est le fils d’Antoine et de Marie Joséphine MICHEL. Il obtient un sursis militaire qui sera renouvelé plusieurs années de suite (1910, 1911 et 1912). En 1913, il est classé service auxiliaire pour des troubles liés à un surmenage intellectuel. Il est, à cette époque, étudiant en lettres.
Maintenu dans le service auxiliaire en 1914, il est finalement dirigé vers Marseille en 1916 pour continuer ses services en… Indochine.

Il débarque donc à Saïgon où il est affecté au 11e Régiment d’Infanterie Coloniale. En parallèle, il est étudiant à l’École pratique des Hautes-Études (Bulletin de la Société des études indochinoises de 1916).
En 1918, il enseigne au collège Chassauloup-Laubat à Saïgon.

Est-ce à cette période qu’il rencontre Jeanne Eulalie NATIVEL ? C’est bien possible. En tout cas, ils décident de se marier le 27 décembre 1924 à non pas Indochine, mais à… Toulon.
Deux ans plus tard, je retrouve Georges COULET de nouveau à Saïgon, grâce à sa fiche matricule qui précise son adresse.

COULET Georges fiche matricule

En 1926 paraît son livre intitulé « Les sociétés secrètes en terre d’Annam » qui est issu de sa thèse. Il s’agit selon Vialibri d’une « très rare étude sur les sociétés secrètes annamites ».
On y aborde le rôle de la magie dans la société secrète, celui de la religion et celui du profane.

Livre Les sociétés secrètes Annam
COULET Georges

Georges COULET poursuit son métier d’enseignant, à Saïgon au moins jusqu’en 1936, puis au Cambodge dans les années 40.
Mais ils ne resteront pas en Indochine. En 1964, Georges COULET décèdera à l’âge de 75 ans dans le Var, en France donc. Et Jeanne Eulalie, me direz-vous ? Eh bien, elle lui survivra encore 17 ans et décèdera à l’âge de 85 ans également dans le sud-est de la France.
La page indochinoise s’est tourné.

Sources :
ANOM
Gallica
Sudoc

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *