6 février 2023

Z comme Zürich

Le Zürich dont je souhaite vous parler aujourd’hui est le Zürich des années 20 et 30 au cours desquelles a vécu Franz ROSENFELD, une connaissance de ce ChallengeAZ.

Nous nous étions arrêtés la dernière fois à son mariage à Genève en 1926 avec Anna RADO. On le retrouve aujourd’hui à Zürich où il réside en réalité depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Après avoir vécu une période d’internement de plusieurs années dans un camp de prisonniers à Hennebont en France, il est transféré en Suisse en 1917 pour raisons médicales.
Il décide de s’y établir après la guerre et commence à travailler pour des maisons de fourrure. Il avait appris le métier de fourreur lors de son apprentissage à Budapest avant d’aller exercer en Allemagne, au Danemark, en France et enfin en Suisse.
En quelques années, il passe ainsi d’assistant fourreur à fourreur, puis maître fourreur. Une toute autre époque…

Photo Franz Rosenfeld
Franz ROSENFELD (à droite) à Zugerbeg, Suisse, août 1919. Source : archives personnelles
Photo Zugerberg
Carte postale de Zugerberg, 1905. Source : Vues d’hier et d’aujourd’hui, Geneanet

Zürich, une ville ayant finalement peu souffert des destructions de la Première Guerre mondiale, connaît une période de croissance économique, en particulier dans la seconde partie des années 20. C’est à cette période qu’elle s’installe comme un grand centre économique et financier international.
La ville a instauré dès 1862 la liberté d’établissement pour les personnes d’origine juive et ce droit va s’étendre à tout le territoire en 1866 grâce à une révision de la Constitution suisse. La communauté juive s’agrandit donc à Zürich, atteignant presque les 3% de la population totale en 1920. Il s’agit d’une aubaine pour les juifs qui fuient alors les guerres et les persécutions dans le reste de l’Europe.

C’est dans ce contexte que s’ouvre en 1922 l’atelier de fourrure de Franz ROSENFELD sur la place de la gare à Zürich.

Plaque Pelze ROSENFELD, Zürich.
Source : archives personnelles
Carte postale place gare Zurich
Carte colorisée Bahnhofplatz, Zürich, début XXe siècle.
Source : http://transporturbain.canalblog.com

Avec son épouse Anna RADO, il crée une succursale à Berne quelques années plus tard, en 1928. On commence à voir fleurir dans la presse zurichoise et bernoise un certain nombre d’affiches publicitaires vantant la qualité des fourrures ROSENFELD. À savoir aussi qu’il vendait également des articles en fausse fourrure.
Des espaces publicitaires sont commandés dans les quotidiens « Neue Zürcher Nachrichten » et « Der Bund ».

Extrait article de presse. Source : https://www.e-newspaperarchives.ch
  • Pub ROSENFELD
  • Pub ROSENFELD
  • Pub ROSENFELD
  • Pub ROSENFELD
  • Pub ROSENFELD

En 1929, il demande et obtient la naturalisation suisse. C’est dans ce dossier riche d’informations que l’on découvre l’ensemble de ses déplacements depuis 1903, son parcours accidenté à partir de la Première Guerre mondiale, son installation en Suisse, le début d’une certaine prospérité avec le développement de son entreprise, son mariage avec Anna RADO et d’autres anecdotes de sa vie qu’il serait bien long de détailler ici.

Malgré la fermeture de la filiale bernoise au bout de cinq années d’existence, son entreprise continue de se faire connaître au travers de défilés de mode ou de présentations de collections.

Pub défilé ROSENFELD
Pub Revue ROSENFELD

Le Baur-au-Lac est un hôtel 5 étoiles à Zürich qui existe toujours aujourd’hui.

La « Firma ROSENFELD » prend de l’ampleur au fil du temps jusqu’à être sollicitée pour habiller les actrices d’un film d’Edmond HEUBERGER, intitulé Dilemma ou L’éternelle victime en français dont les thèmes sont le viol et l’avortement (!) Le film, qui a dû être tourné à la fin des années 30, est sorti en 1940 en Suisse puis quelques années plus tard dans les autres pays européens dont la France.
Une consécration pour Franz ROSENFELD en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

La bande-annonce du film (n’oubliez pas d’activer les sous-titres ) :


À 17 ans, Edith fait la fête à Zurich avec sa copine. Jean, un ravisseur sans scrupules, l’entraîne dans une boîte de nuit. Il la fait boire jusqu’à l’ivresse, puis abuse d’elle. Lorsqu’elle tombe enceinte, elle demande l’avortement à son père, un gynécologue. Celui-ci refuse d’intervenir, puis finit par accepter – avec de lourdes conséquences.

DILEMMA
Switzerland 1940
Directed by Edmund Heuberger and Paul Besson
Produced by Gotthard Film

https://www.filmo.ch/katalog/staffel-8/dilemma

Sources :

Stadtsarchiv Zürich : Dossier de naturalisation de Franz ROSENFELD. Merci à PLL @mascarenhas974.

https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2019/04/les-juifs-en-suisse

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_%C3%A0_Zurich

Print Friendly, PDF & Email
Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

10 réflexions sur « Z comme Zürich »

  1. Bravo et merci pour ce beau ChallengeAZ que je n’ai malheureusement pas réussi à suivre dans sa totalité. Mais je compte bien me rattraper !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :