28 novembre 2022

P comme Pondichéry

Plan de Pondichéry à la côte de Coromandel occupé par la Compagnie royale des Indes orientales par Nicolas de Fer, graveur, géographe (1704). Source : Gallica

Pondichéry ou Puducherry comme on l’appelle depuis 2006, est une ville portuaire du sud-est de l’Inde.
Elle était la capitale de l’Inde Française à l’époque où les protagonistes de cet article ont vécu, à savoir au début du XVIIIe siècle.

Nombreux sont ceux de mon arbre à être passés par Pondichéry, soit qu’ils y sont nés, soit qu’ils y ont fait un passage ou qu’ils y sont décédés.

Source : export Heredis
Source : openstreetmap

Je pourrais citer Anne ROYER, la fille de mes ancêtres Antoine ROYER et Marguerite TEXEIRA/TECHER, qui se marie en 1710 avec un Basque du nom de Martin HIRIGOYEN.

Le mariage est célébré le 18 août 1710 à Pondichéry. Certaines informations concernant l’épouse ne sont pas précisées dans l’acte ci-dessous :

  • elle est âgée de 12 ans
  • son beau-père Mathurin GARNIER dit Concarneau, second mari de sa mère, est décédé à Pondichéry six mois plus tôt. Cet évènement a pu précipiter le mariage d’Anne.
Acte de mariage de Martin HIRIGOYEN et d’Anne ROYER. Source : ANOM

Aucun doute possible sur son âge : elle est bien née à Saint-Paul le 19 août 1697, baptisée le 27 du même mois. Elle a donc bien 12 ans à son mariage.

Baptême d’Anne ROYER. Source : ANOM

Mais que faisait donc Anne ROYER en Inde ?

On sait que sa mère Marguerite TEXEIRA y est née mais a rejoint (de gré ou de force ?) l’île Bourbon en 1678 avec d’autres « indo-portugaises » comme elle pour se marier avec des colons.
Sa mère n’aurait-t-elle pas supporté la vie sur l’île Bourbon ?
Quoiqu’il en soit, Marguerite y est retournée aux alentours de 1707 accompagnée de son second époux Mathurin GARNIER et de sa fille Anne donc.

Le couple Martin HIRIGOYEN et Anne ROYER s’installe donc à Pondichéry et restera sur place pendant plusieurs décennies. J’ai ainsi pu retrouver cinq enfants nés à Pondichéry entre 1713 et 1720. Quelques documents judiciaires attestent par ailleurs de leur présence à Pondichéry au moins jusque dans les années 1730.

Que sont devenus les enfants de Mathurin et Anne ? Se sont-ils établis à Pondichéry par la suite ?
Voilà (encore) de nouvelles recherches en perspective…

Sources :

ANOM
Gallica

Mémoire pour servir à la connoissance particulière de chacun des habitans de l’Isle de Bourbon

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

2 réflexions sur « P comme Pondichéry »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :