28 novembre 2022

I comme Ilet à père

L’Ilet à Père parfois écrit « à Père » ou encore « Aper », est ilet (petit plateau isolé) situé dans le cirque de Cilaos à la Réunion.

Les noms des lieux-dits de Cilaos viennent le plus souvent des noms des « marrons », ces esclaves en fuite qui se réfugient dans les montagnes pour échapper à leurs maîtres. Le nom d’Ilet à Père viendrait, lui, du malgache Petra signifiant « le passage est défendu ».
Certains de ces esclaves se font en réalité rattraper et tuer par des « chasseurs de marrons » armés qui opèrent alors de véritables descentes dans les cirques.

Un peu plus tard, au milieu du XIXe, au moment de l’abolition de l’esclavage, arrivent dans le cirque des « petits blancs », c’est-à-dire des descendants de colons (en fait métissés depuis le début de la colonisation), désargentés et sans terre. Ils réussissent à survivre dans ces montagnes grâce à la culture de légumineuses et à l’élevage. La population de Cilaos croît pour atteindre environ 950 habitants.
C’est à cette période que mes ancêtres s’installent à Cilaos et, pour certains d’entre eux, dans les ilets environnants comme l’Ilet à Père.

Les familles GONTHIER, CLAIN et DIJOUX font partie de ceux-là. Dès 1846, Louis GERMAIN GONTHIER (1817-1888) et son épouse Marie Amélie CLAIN (1826-1892) sont déjà domiciliés à Cilaos à la naissance de leur fille Marie Cécilia.

À la génération suivante, mes arrière-arrière-grands-parents, François Xavier GONTHIER et Marie Alexandrine GONTHIER, s’y établiront également. Le 4 juillet 1876, ils célèbrent leur mariage à Cilaos.

Jusqu’en 1889, ils sont domiciliés au « Village » de Cilaos. Mais peu de temps après, ils se retirent à l’Ilet à Père, là où Marie Alexandrine mettra au monde leur sixième enfant, une fille prénommée… Marie Alexandrine aussi !

Marie Alexandrine fille ne se mariera pas et mourra à 26 ans à la Rivière-Saint-Louis.
Pourquoi a-t-elle quitté son Ilet natal ? Je ne suis pas vraiment sûre de pouvoir le découvrir un jour.

Mais le plus grand mystère qui demeure dans mes branches récentes, c’est encore la date et le lieu de décès de son père, François Xavier GONTHIER, mon arrière-arrière-grand-père donc.
En étudiant les actes de ses proches et en faisant quelques recoupements, j’en suis arrivée à la conclusion qu’il est mort entre 1921 et 1924. Logiquement à Saint-Louis, pourquoi pas aux Makes comme sa femme.
Pour l’instant cependant, les archives restent désespérément muettes à son sujet.

Sources :

ANOM

« La conquête des terres de Cilaos », article extrait de Mahavel, le magazine du Gal Grand Sud

Ignrando

https://fdum37.wixsite.com/reunion2013/cilaos
Musée Quai Branly

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

2 réflexions sur « I comme Ilet à père »

  1. Je prends enfin le temps de lire les billets de ton challenge AZ et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils nous font voyager ! Je suis admirative de la somme de recherches que chaque billet t’a demandé ! Je découvre un peu mieux grâce à toi l’île de la Réunion où ma fille est partie s’installer récemment à la faveur d’une mutation de son conjoint. Et dernière question, as-tu par hasard le nom du gendarme bayonnais ? 😉 – Encore merci pour ce dépaysement littéraire ! Marie

    1. Coucou et merci pour ton message et tes mots d’encouragement. Je ne connais pas le nom du gendarme mais après le challenge, je pourrais essayer de regarder ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :