28 novembre 2022

J comme Jérusalem

Irena ROSENFELD est née le 28 novembre 1898 à Inđija, une ville d’environ 25 000 habitants située dans la province autonome du Voïvodine en Serbie.
Elle est la fille aînée de Friedrich Miroslav ROSENFELD né en 1875 à Sisak en Croatie, et de Hermina Katarina REINER née en 1877 à Lipovac également en Croatie. Ses deux petites sœurs Paula et Olga sont nées à Šid en Serbie, la première en 1904 et la seconde en 1905.

Photo Irena ROSENFELD
Irena ROSENFELD
Photo : Merci à Radovan SREMAC
Photo Olga ROSENFELD
Olga ROSENFELD
Photo : Merci à Vida BADONKY

Leur père Friedrich ROSENFELD est à la tête de plusieurs entreprises à Šid, aussi bien dans les matériaux de construction que dans le commerce alimentaire.

Les trois sœurs débutent leur scolarité à l’école primaire de Šid, mais se séparent ensuite pour poursuivre leurs études dans des villes différentes. C’est à Novi Sad située à plus de 70 kms de Šid qu’Irena se rend en 1909 pour étudier.

Irena et Adolf ROSENFELD

Elle épouse le 13 juin 1919 un fourreur du nom d’Adolf ROSENFELD, fils de Lazar et de Johanna POLLAK, dont il a déjà été question dans cet article du #ChallengeAZ.
J’ai des raisons de penser que leurs pères, Lazar et Friedrich ROSENFELD, sont des demi-frères. Les éléments que j’ai pu recueillir avec le service des archives de la ville de Sisak convergent dans ce sens. Les recensement de Sisak montrent en effet qu’ils sont tout deux les fils de Ferencz/Franz/Franc ROSENFELD domicilié à Sisak à partir de 1864.
Irena et Adolf seraient donc cousins. C’est une hypothèse assez « solide » que j’aimerais tout de même confirmer avec des preuves supplémentaires.

Irena et Adolf s’installent ensemble à Budapest aux alentours de 1920, c’est dans cette ville en effet qu’Adolf tient son atelier de fourrures. Le 31 juillet 1920, Irena met au monde une petite fille prénommée Eva.
Les registres de l’état civil hongrois sont en ligne sur Familysearch jusqu’à 1916 (seulement) pour les arrondissements qui pourraient être concernés par cette naissance, à savoir « VI. Kerület », « VII. Kerület » et pourquoi pas « IX. Kerület ». Je surveille les mises à jour de cette collection comme le lait sur le feu.

Le site des archives Hungaricana, les bases de données hongroises ou la presse en ligne sur Arcanum sont d’une grande richesse, j’y reviens souvent parce que j’y ai fait plusieurs découvertes intéressantes concernant ces familles. Des anecdotes ou des faits divers plus ou moins dramatiques relayées par la presse en ligne. C’est par ce biais que je découvre qu’Adolf s’est fait cambrioler en 1922 pour un montant de 5 millions de couronnes hongroises.
Aucune nouvelle de l’enquête depuis, mais je suis peut-être passée à côté d’un rebondissement dans la presse hongroise.

Article journal hongrois cambriolage
Article extrait du journal Nyírvidék paru le 04/10/1922.
Cambriolage d’Adolf ROSENFELD, fourreur.
Source : Hungaricana

Ici, c’est un avis de disparition concernant leur fille Eva…

Article journal hongrois disparition EVA ROSENFELD
Article du journal Az Est paru le 18 juin 1931. Source : Arcanum

On y apprend que le couple ROSENFELD-ROSENFELD est séparé depuis 4 ans, qu’une visite hebdomadaire est prévue chez le père et qu’Eva a disparu au cours d’une de ces visites justement. La mère soupçonne le père de ne pas vouloir la rendre après son jour de garde et porte plainte.
Eva sera finalement retrouvée…

Irena et Stevan KASTNER

Passés cet épisode malheureux et la formalisation d’un divorce, Adolf ROSENFELD se remarie avec Iren VAMOS, la veuve du bijoutier RUBEL.

Irena ROSENFELD épouse de son côté un certain Pista « Stevan » KASTNER né en 1902 à Zemun, près de Belgrade.

Certificat de naissance de Pista KASTNER
Certificat de naissance de Pista « Stevan » KASTNER le 21 juin 1902 à ZEMUN. Source : https://www.digitalni.arhiv-beograda.org

Mais quelques temps après leur mariage, c’est le déclenchement de la Seconde guerre mondiale. Stevan KASTNER est fait prisonnier près de Belgrade.
Il sera libéré après la guerre et recensé parmi les victimes survivantes de l’Holocauste :

Liste prisonniers Lager SAJMISTE

Stevan n’est pas le père d’Eva ROSENFELD épouse KAHN, présentée dans la liste comme sa fille (« Tochter »), mais il est son beau-père.

Irena ROSENFELD parviendra aussi à échapper à la mort.

Ce ne sera malheureusement pas le cas d’Eva ROSENFELD-KAHN citée ci-dessus, qui va rejoindre pendant la guerre le mouvement de résistance yougoslave des Partisans.
Elle et son mari Wolfgang KAHN se font arrêter. Lui est exécuté et elle meurt dans une chambre à gaz (« u gasnoj komori »). Ils avaient 20 ans.

Irena, la mère d’Eva, apporte son témoignage auprès de Yad Vashem.

Vers 1949, Irena et Stevan KASTNER gagnent Israël, où ils tentent de poursuivre leur vie, lui jusqu’en 1973 et elle jusqu’en 1975.
C’est dans le cimetière Har Hamenuchot de Jérusalem qu’ils ont été inhumés.

Sources :

« Jewish from Šid » de Radovan SREMAC

« Montagen der Vergangenheit » de Vida BADONKY

Yad Vashem
Archives de la ville de Sisak (Croatie)
Hungaricana
Arcanum
http://www.starosajmiste.info/sr

USHMM

https://billiongraves.com/

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

5 réflexions sur « J comme Jérusalem »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :