28 novembre 2022

S comme Székesfehérvár

Székesfehérvár montage

Székesfehérvár qui a été fondée au Xe siècle, est l’une des plus anciennes villes de Hongrie. Les Rois de Hongrie s’y sont fait couronner jusqu’au XVIe siècle. Elle s’appelait auparavant Alba Regia (Albe Royale en français), mais le nom de Székesfehérvár qui signifie « château blanc du siège royal », lui a finalement été préféré. Alors autant s’entraîner à prononcer son nom :

Située au sud-ouest de Budapest dans le comitat de Fejér, région du Transdanubie centrale, la ville compte aujourd’hui près de 100 000 habitants et fait partie des dix plus grandes villes de Hongrie.

Comitats de Hongrie. Source : https://commons.wikimedia.org

Avant d’en venir à Székesfehérvár même, il serait bon de repartir de Sisak en Croatie, là où ont vécu trois hommes de la famille ROSENFELD : le père Ferencz et ses fils Lazar et Friedrich qui ont été précédemment cités dans l’article J comme Jérusalem du #challengeAZ.

Pour rappel, l’un des deux fils de Ferencz ROSENFELD, Lazar, est le père des frères ROSENFELD dont les parcours à travers l’Europe au début du XXe siècle ont fait l’objet de quelques articles.

Source : Heredis

Des données extraites des recensements de Sisak m’ont été transmises par le service des archives de la ville. Elles donnent une idée de la composition familiale et voici ce qu’il en ressort : Lazar ROSENFELD est né le 8 juillet 1855 à Komorica en Croatie. Il est le fils de Franz ROSENFELD et de Josephine née « SCHRUN ». La famille a emménagé à Sisak en 1864. Pour information, plus de 130 kms séparent les deux villes Komorica et Sisak.
D’autres enfants de Franz ROSENFELD sont également recensés dans le foyer : Pauline, Adolf, Ema, Irene et Friedrich qui sont tous nés à Sisak.

Quelques remarques :

  • Je n’ai pas eu accès aux images des recensements mais uniquement à une « transcription » en croate de l’archiviste local qui a dû préalablement traduire le document depuis l’allemand (il y a des indices).
  • Lazar est né à Komorica en 1855 alors que ses frères et soeurs sont nés à Sisak après 1864, l’année du déménagement. Il y aurait donc un petit « gap » comme on dit.
  • Le nom de la mère « SCHRUN » me semble au premier abord un peu étrange, bien que des porteurs de ce nom existent dans d’autres pays.

Par chance, un des enfants cités dans le recensement, Friedrich ROSENFELD, a fait l’objet d’un portrait dans le livre de Radovan SREMAC « Jewish from Šid ». Il faut dire qu’au début du XXe siècle, Friedrich est une figure locale de Šid (en Serbie aujourd’hui) où il a monté plusieurs commerces. Il est né en 1875 à Sisak de Franc et de Josefine STERN. Cette dernière qui est originaire de Veszprem en Hongrie, elle est décédée en 1921 à Šid.

Lazar et Friedrich n’auraient donc pas la même mère ? La mère de Lazar s’appellerait Josefine SCHRUN tandis que la mère de Friedrich serait Josefine STERN ?
Ou il s’agirait d’une seule et même personne ? Est-ce que l’archiviste a fait une mauvaise lecture du nom de la mère de Lazar ? SCHRUN = STERN ?

Eh bien non, ce seraient bien deux femmes différentes. Josefine STERN ne peut être la mère de Lazar ROSENFELD. En voulant remonter la génération au-dessus de Lazar et Friedrich, je suis tombée sur ce mariage de Ferencz (Franz) ROSENFELD et de Josefine STERN célébré le 22 mars 1868 à Székesfehérvár, un mariage indexé sur Familysearch.

Mariage de Ferencz ROSENFELD et de Josefine STERN. Source : Hungary, Jewish vital Recors 1800-1845 (Familysearch)

Josefine STERN qui est née en 1844, peut difficilement être la mère de Lazar ROSENFELD, né en 1855. Elle serait plutôt sa belle-mère. La mère de Lazar est probablement morte avant 1868, ce qui pourrait expliquer les écarts d’âge entre les enfants, 20 ans séparent tout de même Lazar et Friedrich ROSENFELD.

Alors qui est finalement la mère de Lazar ? D’où vient-elle ? Où est-elle décédée ? Le nom SCHRUN est-il le bon ? Un jour peut-être, ces questions trouveront bien des réponses…

Sources :

Archives de Sisak
Familysearch

https://www.jewishgen.org

Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

2 réflexions sur « S comme Székesfehérvár »

  1. Encore une fois le titre est très intrigant !
    Merci pour ce voyage et ces belles découvertes partagées.
    Bon courage pour en savoir plus sur Josefine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :