#ChallengeAZ Les plumes de la Grande Guerre : G comme Genevoix

Publié par

L’écrivain Maurice Genevoix est né le 29 novembre 1890 à Decize,  petite commune de la Nièvre. Il est le fils de Gabriel Genevoix, greffier de justice de paix et de Camille Balichon, une jeune femme issue d’une famille d’épiciers.

Il porte en réalité bien son nom car l’un de ses lointains ancêtres, Antoine Genevoix, est dit originaire de Genève en Suisse !

 

18901129_GENEVOIX_Maurice_N_Decize58
Acte de naissance de Charles Louis Maurice Genevoix. Source : Archives départementales de la Nièvre. Côte : 2 Mi EC 172 http://archives.cg58.fr/ark:/60877/a011326407879PImj9f/1/1

 

Maurice Genevoix grandit à Chateauneuf-sur-Loire dans le Loiret avec son frère cadet René né en 1893. Son enfance est heureuse et il dira d’ailleurs plus tard :

Je tiens plus que jamais comme un grand privilège, d’avoir passé toute mon enfance dans une petite ville française d’avant 1914.

 

C’est un élève brillant à l’école et il quitte sa famille à l’âge de 11 ans pour rejoindre le lycée Pothier à Orléans où il découvre la rigueur de la vie de pensionnaire, presque déjà la vie de caserne.

 

CP_Lycée_d'Orléans,_v1910,_Loiret,_France
L’ancien lycée de garçons Pothier à Orléans (1910)

 

C’est peu de temps après qu’il perd sa mère, il n’est alors que de 12 ans et en restera marqué à vie. Bien des années plus tard, il écrira à son sujet :

Pendant combien d’années me suis-je éveillé, certaines nuits, le cœur bondissant de joie, les oreilles vibrantes encore au son d’une voix qui venait de m’appeler, les mains chaudes de l’étreinte qui les nouait aux mains maternelles ? Des larmes baignaient mon visage, douces celles-là, même après le réveil. Vieil homme que je suis devenu, j’ai retrouvé, j’ai gardé une mère jeune, rieuse et tendre ; c’est elle, aujourd’hui encore, après les épreuves des années, qui ranime au fond de mon cœur, l’invincible amour de la vie qui ne s’éteindra qu’avec moi.

 

Malgré le chagrin et l’austérité de la pension, il obtient de bons résultats scolaires qui lui permettent de poursuivre ses études au lycée Lakanal à Sceaux. Il suit 3 ans de Khâgne avant d’intégrer l’École Normale Supérieure.

Son admission à une grande école lui donne le droit de n’effectuer qu’une seule année de service de militaire au lieu des deux années habituelles à l’époque. Avant 1905, le service militaire durait 3 ans, puis 2 de 1905 à 1912 ans avant de repasser à 3 ans à partir de 1913.

En 1911, il rejoint le 144e Régiment d’infanterie à Bordeaux. Il en gardera un très bon souvenir et il dira même goûter à la liberté après la « servitude lycéenne » :

Ces semaines-là, cette année-là ont été à coup sûr parmi les plus belles de ma vie. Exaltation, harmonie, défis à soi-même lancés, simple bonheur quotidien de découvrir, émerveillé, les ressources d’un corps toujours égal aux audaces de sa jeunesse.

 

Maurice Genevoix est encore étudiant lorsque la Première Guerre mondiale éclate en août 1914. Contrairement à beaucoup de ses compatriotes prêts à en découdre immédiatement, il se rend à sa convocation avec un sentiment de tristesse mêlé tout de même à de la curiosité.

 

AVT_Maurice-Genevoix_7377

 

Avec ses compagnons du 106e Régiment d’infanterie, il est au plus près de l’horreur, il participe à la bataille de la Marne, à la marche sur Verdun et aux combats de la colline des Éparges.

Toujours tout : la pluie sur le dos blême d’un mort, les obus qui enterrent et déterrent, et qui tonnent, et glapissent avec ces étranges stridences, ignoblement ricanantes et gaies.

 

genevoixjeune.jpg
Maurice Genevoix à Noël 1914

 

En avril 1915, Maurice Genevoix est touché par trois balles sur la colline des Éparges qui lui sanctionnent aussitôt l’artère humérale et qui lui feront perdre ensuite l’usage de sa main gauche.

C’est alors que ce 210 est tombé. Je l’ai senti à la fois sur ma nuque, assené en massue formidable, et devant moi, fournaise rouge et grondante. Voilà comment un obus vous tue. Je ne bougerai pas mes mains pour les fourrer dans ma poitrine ouverte; si je pouvais les ramener vers moi, j’enfoncerais mes deux mains dans la tiédeur de mes viscères à nu ; si j’étais debout devant moi, je verrais ma trachée pâle, mes poumons et mon cœur à travers mes côtes défoncées. Pas un geste, par pitié pour moi ! Les yeux fermés, comme Laviolette, et mourir seul.

 

Très grièvement blessé donc, il est transporté à l’hôpital de Verdun. Plusieurs mois de soins dans différents établissements seront nécessaires. Il s’en sort avec une invalidité à 70%.

Entre 1916 et 1923, il écrit. Il écrit pour témoigner de ce qu’il a vécu mais aussi pour laisser ses compagnons exprimer ce qu’ils ont vécu au combat pendant des années. Ces récits exceptionnels publiés initialement en 5 volumes seront finalement regroupés en 1 seul sous le titre : Ceux de 14.

Il s’agit de l’une des plus grandes œuvres littéraires sur la Première Guerre mondiale.

 

C_Ceux-de-14_2782.jpeg
Ceux de 14 de Maurice Genevoix, Flammarion, 2013

 

Lorsqu’on a faim, on se sert sa ceinture d’un cran, on écrit des lettres, on rêve. Lorsqu’on a froid, on allume une flambée, on bat la semelle, on souffle sur ses doigts. Mais lorsque le cœur s’engloutit peu à peu en des marécages de tristesse, lorsque la souffrance ne vient pas des choses mais lorsqu’elle est nous-même tout entier, quel recours ? A quoi se cramponner pour échapper ? On voit lorsque l’hiver commence des fins de jours si lugubres !

 

PHOa4eb45ac-4300-11e3-afed-eca7de221343-805x453.jpg

 

Après la guerre, Maurice Genevoix aura une carrière littéraire bien remplie, deux mariages, une fille, la journaliste Sylvie Genevoix.

Il s’éteint le 8 septembre 1980 à Xàbia, dans la province d’Alicante en Espagne.

Enterré au cimetière de Passy, Maurice Genevoix devrait très prochainement entrer au Panthéon.

 

tombe.jpg
Tombe de Maurice Genevoix. Source : https://www.landrucimetieres.fr

 

______________________________________________________________________________

Sources :

https://www.archives-loiret.fr/

http://archives.cg58.fr/

https://www.jesuismort.com/tombe/maurice-genevoix#biographie

https://ceuxde14.wordpress.com/maurice-genevoix/biographie/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Genevoix

 

Bibliographie :

Ceux de 14 de Maurice Genevoix

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s