6 février 2023

W comme Wallonie

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à un primo-arrivant de l’île Bourbon :

François Etienne Joseph Dominique CALTEAU ou CALTEAUX (1747-1787)

Plusieurs choses sont déjà à découvrir dans son acte de mariage en date du 9 juillet 1776 à Saint-Denis avec Marie Adélaïde MAILLOT (1751-1828).

Acte de mariage de François Etienne Joseph Dominique CALTEAUX
et de Marie Adélaïde MAILLOT. Source : ANOM
Grenadier du Régiment Colonial de l’Isle de France selon règlement de 1767. Source : Musée de l’Armée

Il est annoncé comme « ancien Sergent au Régiment du Port-Louis, Isle de France ». Il s’agit du Régiment Colonial de l’île de France (île Maurice) formé en 1772 à partir de la Légion de l’Île de France, elle-même créée par une Ordonnance de 1766.
Ce régiment deviendra en 1792 le 108e Régiment d’Infanterie qui parviendra à repousser les tentatives de débarquement anglais sur l’île de France et sur l’île Bourbon.

À partir de 1767, ce ne sont en effet pas moins de 10 vaisseaux avec à leur bord 48 officiers et 904 hommes de la Légion qui vont prendre la mer jusqu’à l’île de France. Ils seront ensuite déployés sur l’île de France et Bourbon dans un objectif de défense coloniale.
J’ignore pour l’instant si François Etienne Joseph Dominique CALTEAUX faisait partie de ce convoi maritime pour l’île de France, mais il est arrivé à l’île Bourbon vers 1772 selon le « Dictionnaire Généalogique des Familles de l’île Bourbon ».
Un peu moins de 5 ans plus tard en tout cas, il n’appartient déjà plus à ce Régiment.

Mes premières recherches dans les registres matricules de l’Ancien Régime ont fait chou blanc, mais passer en revue les centaines de pages des registres est une tâche considérable. Je fonde désormais tous mes espoirs sur les indexations en cours sur le site Mémoire des Hommes, comme beaucoup d’entre vous d’ailleurs peut-être.

Ses parents, Antoine Joseph CALTEAUX et Marie Jeanne Barbe BLAISE de « Lecalière » (L’Escaillère probablement) en Belgique, se marient le 17 octobre 1745 à Chimay, une ville ô combien célèbre pour sa bière, située dans la province du Hainaut en région wallonne.

Acte de mariage d’Antoine Joseph CALTEAUX et de Marie Jeanne BLAISE. Source : Archives de Belgique
Gravure représentant une vue de la ville de Chimay et son château sous l’occupation française, XVIIIe – XIXe siècle.
Source : Domaine public, via Wikimedia Commons
Carte postale : Église de l’Escaillère. Source : Geneanet

Notre ancien soldat n’est pourtant pas né à Chimay, mais à 20 kms de là, à Regniowez dans les Ardennes.
Il est baptisé le 4 août 1747 sous le nom de CAILLETAUX. Les parents sont bien les mêmes que ceux cités dans l’acte de mariage de 1776 à Saint-Denis. Plus on va remonter cette branche, plus les variantes orthographiques vont se multiplier, je le crains.

Acte de baptême de François Estienne Joseph Dominique CAILLETAUX

Selon son acte de baptême, ses parents habitent « Lissebonne, paroisse de beleux pays conquis ».
Il s’agit de Lisbonne, une commune se trouvant finalement à proximité de Regniowez, mais de l’autre côté de la frontière franco-belge (frontière actuelle j’entends). Par paroisse de Beleux, il faut probablement comprendre paroisse de Baileux.
On tourne en réalité autour d’un petit périmètre entre :

  • Lisbonne où résident les parents
  • l’Escaillère d’où est originaire la mère
  • Regniowez où est né François Estienne Joseph Dominique CALTEAUX.
Lisbonne, L’Escallière et Regniowez. Source : Google Maps

Cet article du #challengeAZ m’aura fait découvrir un peu la géographie du coin. Il reste encore à s’approprier les cours d’histoire sur les conquêtes françaises et – on peut rêver – à déterminer les raisons qui ont poussé cet homme à s’engager dans un régiment colonial de l’autre côté du globe.

De son mariage avec Marie Adélaïde MAILLOT, l’ancien soldat aura trois enfants : Marie Charlotte François, Elizabeth Nicole et Louis Michel Dominique.
Pour la petite histoire, sa femme Marie Adélaïde MAILLOT tient un petit record dans mon arbre puisqu’elle s’est mariée 5 fois.

Source : Heredis

François Estienne Joseph Dominique CALTEAUX est « seulement » son deuxième époux et c’est finalement celui avec lequel elle restera mariée le plus longtemps.

Il meurt finalement le 3 janvier 1787 à Saint-Paul, à l’âge de 39 ans et non pas à 45 ans comme indiqué dans son acte de décès.

Acte de décès de « François Etienne Dominique CAILTEAU ». Source : ANOM

Sources :

ANOM

Archives Départementales des Ardennes

Archives de Belgique

http://frederic.berjaud.free.fr

https://www.musee-armee.fr
Réorganisation des corps d’infanterie

Print Friendly, PDF & Email
Partager l'article

Jourdavant

Généalogiste amateur originaire de l'île de la Réunion

Voir tous les articles de Jourdavant →

10 réflexions sur « W comme Wallonie »

    1. Tout à fait juste et comme je le commentais à l’instant même sur un autre blog, il n’y avait pas de Wikipedia ou Google pour se renseigner avant de tout quitter, c’était l’aventure…

  1. Je crois avoir 4 mariages pour un même ancêtre dans mon arbre mais 5 il est vrai que tu bats un petit record avec Adélaïde 😊 Billet passionnant comme chaque jour. J’aime beaucoup ce challenge qui nous promène un peu partout dans le monde 🤗

  2. Oh mais Marie MAILLOT a épousé un des lointains cousins de mon grand-père qui a émigré sur l’île Bourbon !
    Encore un super article, très intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :