familles béarnaises

Pierrot ?

Souvenez-vous, dans mon dernier article, j’avais évoqué le parcours de Pierre JACOB alias Robert CANTABRE alias JACOB DE GASSION. Il va falloir désormais l’appeler aussi Pierrot…

Il y a quelques jours en effet, j’ai reçu le dossier individuel du résistant JACOB DE GASSION. Dix pages d’attestations diverses dont une première attestation du chef de réseau, une seconde attestation d’appartenance aux Forces Françaises Combattantes (FFC), une autre permettant l’obtention de la carte volontaire de la résistance, une dernière signée par la Direction Générale des Services Spéciaux (DGSS). Bref…toutes ces attestations, c’est bien mais j’avoue que je suis déçue de ne pas y trouver des informations beaucoup plus précises sur ses activités de renseignement. Il est indiqué qu’il est agent p1, informateur dévoué et fidèle. »Il mérite une décoration. Croix de la résistance ».

Pour avoir eu l’occasion de consulter d’autres dossiers individuels de résistants, je peux affirmer qu’ils peuvent être très différents les uns des autres. Certains comportent une cinquantaine de pages dans lesquelles les activités clandestines sont décrites avec force détails. D’autres sont bien plus maigres avec 3 ou 4 pages qui incluent des demandes de pension de la veuve.

Outre ces attestations purement administratives, le dossier de « Pierrot » comporte malgré tout quelques éléments inédits dont un courrier écrit de sa main à la Direction du Personnel Militaire de l’armée terre et daté de 1950. Il conteste sa date d’engagement dans la résistance et… tenez-vous bien… le prénom Jean qui lui est attribué par l’armée et que l’on retrouve d’ailleurs sur plusieurs attestations. Étant affublé de multiples prénoms (Jean Joseph Pierre Marie), l’administration militaire s’est trompée en lui attribuant le premier prénom affiché sur son état civil à savoir Jean. C’est quand même drôle qu’il « chipote » sur cette histoire de prénoms alors que c’est en réalité son nom de famille JACOB DE GASSION qui est faux dans tout le dossier… C’est JACOB de sa naissance jusqu’à sa mort.

De tous temps, Pierre a eu, semble-t-il, quelques problèmes d’identité…

Une seconde information intéressante ressort de ce dossier : il cumule les fonctions d’hommes de lettres ET agent spécial de la police. Ce n’est pas incompatible visiblement 🙂 Qu’est-ce qu’un agent spécial de la police à Pau dans les années 40 ? Pour l’instant, c’est encore très mystérieux…

La tentation de commander le dossier « Groupe de résistance de la police de Pau » au Service Historique de la Défense (SHD) est grande mais je ne peux plus abuser de la gentillesse de la personne qui m’a déjà commandé trois dossiers au SHD (4 déplacements en tout). Il va falloir trouver une autre solution… Le fil d’Ariane m’avait déjà répondu positivement pour des archives du SHD.

Je n’ai pas dit mon dernier mot non plus au niveau local. Il est possible de demander la communication du dossier de demande de carte de combattant volontaire de la Résistance auprès du service départemental l’Office Nationale des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG). Les dossiers ont été délocalisés en Préfecture. N’étant pas descendante directe dudit Pierrot, je fourbis mes armes et prépare les justificatifs. Coup de poker car c’est consultable uniquement sur dérogation d’archives non librement communicables…. pfiou.

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s